//

Vous l’avez enlevé à sa mère,
Vous l’avez empêché de voir le soleil.
Vous ne l’avez pas laissé sentir la terre,
Vous ne l’avez pas laissé courir.

Vous avez coupé son corps en morceaux
Et lui avez causé tant de mal.
Vous l’avez vu comme une chose,
Et l’avez fait vivre dans sa propre merde.

Vous ne lui avez jamais montré la moindre tendresse,
Il n’a connu que la peine.
Vous l’avez suspendu et coupé sa gorge,
Vous avez tranché droit dans ses veines.

Vous l’avez mis dans votre sandwich,
Vous l’avez cuit dans votre tarte,
Puis vous avez mangé sa peur et sa terreur
Et vous avez mangé ses cris désespérés.

Vous l’avez tué sans raison,
Vos mains étaient sur le couteau.
Lorsque vous l’avez déposé dans votre chariot,
Vous avez emporté sa vie.

Emma Murphy
(trad. Mouvement pour la Cause Animale)

coc

Publicités
Cet article a été publié dans Textes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour //

  1. DERRAMOND dit :

    Je voudrai tant que ces mots, maux, ne soient pas, mais ils sont car nous sommes inconscients de notre folie, nous, les soit-disant humains.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s